Le site de la BD personnalisée et des Goodies

Nous appeler : 0 826 38 92 29 (0,15€ / min + prix appel)

 


Infirmier, infirmière est-il le métier le plus pénible en France ?

Aujourd'hui je mets à l'honneur le corps médical et plus particulièrement les infirmières et les infirmiers, sans oublier les étudiantes et étudiants de cette profession.

Autant vous dire que c'est un sujet qui m'intéresse grandement et que je respecte, car ma grande sœur est infirmière depuis pas mal d'années déjà !

Donc je vais vous parler de ce beau métier, car c'est avant tout un métier passion, glander ne fait pas parti de leur vocabulaire, même si vous pensez le contraire quand vous pouvez en croiser en train de rire dans les couloirs.

Mais je vous arrête tout de suite !

Est-ce mal de rire ?

Ça ne vous arrive jamais de rire ?

Voyez-vous le travail qu'ils font réellement ?

Je ne généralise pas non plus, car ceux qui pensent ainsi sont quand même minoritaires, et heureusement...

N'est-ce pas ?

Pour commencer, il est déjà intéressant de savoir quel est le rôle de ce métier et pour ça nous avons besoins de connaître...


L'Histoire des services de santé




Tout d'abord, je vous arrête tout de suite !

Si vous voyez les infirmières comme des femmes en uniforme blanc, talons aiguilles et la grosse seringue, vous avez tout faux ! Enfin presque...Mais ce n'est pas le sujet d'aujourd'hui !

Commençons par un peu d'histoire


Direction l'empire Romain qui fût le premier à disposer d'une organisation permanente de lutte contre l'incendie (ce n'est vraiment pas tout jeune !).

Ils étaient divisés en cohortes d'environ 1000 hommes et pour lesquels étaient rattachés 28 médecins (il s'agit là d'un premier exemple de service de santé dans le milieu des secours).

Et puis, il faut faire un grand bon dans le futur pour s'arrêter en 1792. A cet époque, on y retrouve Monsieur Dominique-Jean LARREY (Médecin des Armées de l'Empire et un grand théoricien de la logistique de l'avant) qui imagine le principe d'ambulances volantes constituées d’une équipe de chirurgiens, infirmiers, se portant au devant des moribonds pour leurs prodiguer des soins d’urgence et les conditionner en vue d’une évacuation vers l’arrière.

Une centaine d'après après, en 1893 précisément, la famille LEPAGE met en place le service des "Sapeurs Infirmiers".

Et dans chaque compagnie, un sapeur fut désigné pour remplir les fonctions d'infirmier.

Ils interviennent au profit de tous et font systématiquement des secours efficaces aux personnes blessées dans les sinistres éloignés des grands centres (souvent dépourvus de médecin).

On avance encore peu dans le temps ?

Nous voilà donc en 1953 et un décret sort, il s'agit du n°53170 du sept mars.

Celui-ci a pour but de structurer l'organisation du Service Médical de Santé des centres de secours, le but est d'éviter d'impliquer officiellement les infirmiers.

(Et là, vous allez hurler ! Si si je vous assure)

On a vu que l'infirmier est reconnu depuis 1893 pour son efficacité et sa nécessité dans un travail de binôme avec la médecine MAIS, oui il y a un mais, l'infirmier n'est pas reconnu par la Loi comme membre du Service de Santé et des Secours Médicaux au même titre que les médecines, les pharmaciens et les vétérinaires.

Il faudra attendre le décret n°97-1225 du 26 Décembre 1997 relatif à l’organisation des Services d’Incendie et de Secours donne lieu à la naissance de l'infirmier sapeurs pompiers.

Merci Benjamin pour ce cours d'histoire sur les services médicaux.

Maintenant j'aimerai en savoir plus sur...


Le rôle des infirmières et des infirmiers




En 1972, « l’infirmière est responsable de l’ensemble des soins infirmiers : promouvoir la santé, prévenir la maladie, guérir les malades ».

Développement du rôle d’éducatrice de santé « contribue, identifie et collabore avec l’ensemble des travailleurs sociaux ».

En parallèle de cette formation il y a la formation des infirmiers psychiatrique.

Dans les années 1970 c’est le boom des infirmières à domicile.

En 1979, la 1ère année d’étude d’IDE psy et soins généraux est commune.

Le 31 mai 1978 accord européen : » est considéré comme exerçant la profession d’IDE, toutes personnes qui en fonction des diplômes, donne habituellement des soins infirmiers sur prescription médicale ou en fonction du rôle propre qui lui est dévolu ».

En 1992, les infirmières psychiatriques et de soins généraux sont en commun à la demande des infirmières psychiatriques.

Aujourd’hui, l’infirmière a beaucoup d’autonomie mais elle a beaucoup de responsabilités dans tous les domaines de son exercice.

Mais retenons surtout que :

Une infirmière est quelqu’un qui soigne, qui réconforte et qui protège ; quelqu’un qui a à cœur de s’occuper des malades, des blessés et des personnes âgées.


Cool, maintenant vous en savez plus sur le métier d'infirmier et vous aimeriez savoir...

Quels sont les qualités requises pour exercer ce magnifique métier ?




Afin de pouvoir pratiquer ce métier, il y a huit qualités importantes :

    1. Autonomie
    2. Résistant
    3. Communication
    4. Techniques de soins
    5. Sens de l'organisation
    6. Faire preuve de rigueur
    7. Flexible
    8. Relations humaines


L'autonomie

L'infirmier rencontre différentes situations et il est souvent amené à prendre des initiatives (dans la limite de ses compétences).

Résistant

Difficile de croire le contraire, l'infirmier est souvent confronté à des personnes malades, puisque son objectif est de les soigner. Dès lors, il est confronté quotidiennement à des personnes en souffrance et doit pouvoir supporter des situations difficiles et répétitives. Du coup, il doit être en mesure de lâcher prise et de se distancier émotionnellement et réagir rapidement, avec et maîtrise de soi.

Communication

L'infirmier est le professionnel qui se retrouve le plus souvent entre le patient, son entourage, l'équipe pluridisciplinaire et médicale. De ce fait, il doit être en mesure de communiquer de manière claire et précise, à l'oral comme à l'écrit ! Bien entendu, son langage doit être compréhensible par tous, il doit donc s'adapter à son interlocuteur.

Techniques de soins

C'est actif au chevet du patient que l'infirmier exerce un jugement clinique afin d'élaborer un plan de soins par lequel il va mettre en œuvre des interventions infirmières ou déléguer certaines techniques de soins aux aides-soignants.

Sens de l'organisation

On oublie les feuilles volantes, l'infirmier doit être en mesure de travailler méthodiquement et rigoureusement, savoir planifier son travail en fonction des priorités et des urgences, et encore une fois, le cas échéant déléguer.

Faire preuve de rigueur

En quoi il y a de la rigueur dans son métier ?

De nombreuses règles s’imposent à lui : cadre légal des actes infirmiers, règles déontologiques et éthiques, règles de l’institution en matière de sécurité, d’hygiène, de respect de l’environnement, ou simplement d’horaires. Autant d’éléments par rapport auxquels il doit faire preuve de rigueur !

Flexible

Je ne sais pas pour vous, mais je ne connais pas beaucoup d'infirmiers ou d'infirmières qui fassent du 8 heures - 17 heures toute sa vie, d'ailleurs je n'en connais pas !

Tout simplement parce qu'un infirmier peut travailler tôt le matin, comme tard le soir, voire la nuit, les weekends et mêmes les jours fériés (même à Noël et au jour de l'an). Relations humaines

Alors si vous êtes fermés comme une huître, ce métier risque d'être fort compliqué (mais pas impossible ! Il faudra beaucoup travailler sur vous-même).

Le principal facteur de la communication dans ce métier est l'écoute, d'ailleurs c'est valable dans d'autres métiers et même dans la vie de tous les jours !

Bien entendu, la discrétion, l'empathie, le respect et l'honnêteté seront fondamentales pour construire une relation de confiance avec le patient et cela favorisera le diagnostic infirmier et le processus de soins.

Et maintenant si on laissait la parole aux...

Témoignages de quelques passionnés


Terry Weatherson est infirmière depuis 47 ans. Elle travaille actuellement dans le service d’urologie de l’hôpital de Manchester, en Angleterre.
“ J’ai été élevée dans le catholicisme et je suis allée en pension dans une école catholique, dit-​elle. Quand j’étais encore enfant, j’ai décidé que je serais nonne ou infirmière. Je voulais servir les autres. On peut appeler ça une vocation. Comme vous le voyez, j’ai finalement choisi d’être infirmière. ”

Chiwa Matsunaga, qui vit à Saitama, au Japon, dirige une clinique depuis huit ans.
“ J’ai suivi l’avis de mon père, qui pensait que la meilleure chose à faire était d’acquérir des compétences qui permettaient de travailler toute sa vie, explique-​t-​elle. Du coup, j’ai choisi la voie des soins infirmiers. ”

Etsuko Kotani, de Tokyo, est infirmière en chef ; elle a 38 ans d’expérience dans le métier.
“ À l’époque où j’allais encore à l’école, raconte-​t-​elle, mon père a fait une chute et a perdu beaucoup de sang. Quand j’étais à l’hôpital au chevet de mon père, j’ai décidé que je deviendrais infirmière pour aider les gens malades. ”

D’autres sont motivés par leur propre expérience de la maladie.
“ Lorsque j’avais six ans, explique Eneida Vieyra, une infirmière mexicaine, j’ai été hospitalisée pendant deux semaines pour une bronchite. C’est à partir de ce moment-​là que j’ai voulu être infirmière. ”

Si vous voulez en savoir plus sur le métier d'infirmier, Votre Prénom en BD™ vous explique cela à travers sa planche humoristique :

https://votre-prenom-en-bd.com

Benjamin

Article lu 50 fois

Corps médical, Infirmier, Infirmière, Job, Métier, Profession, Santé